VTC et taxis : le tarif minimum va-t-il vraiment augmenter ?

D’après les chauffeurs de VTC, les courses devraient augmenter. Cela concerne les petites courses. Un accord a été établi avec les plateformes comme Uber, Bolt… pour fixer un tarif minimum de 10 €. En effet, cela inclut uniquement les courses d’une distance inférieure à 2 km. Pour plus de détails, lisez la suite de l’article.

La demande d’augmentation du tarif minimum par les chauffeurs

Les syndicats des chauffeurs VTC et plateformes ont prévu le mercredi 18 janvier pour la demande d’un tarif minimum de 7,65 euros. Chez certaines plateformes comme Uber, une course doit couter au moins environ 10 €. Cela inclut les commissions. Pour quelques syndicats, l’accord ne va pas vraiment changer la situation des chauffeurs. 

Dans le meme genre : Fin de carrière pour la Renault Talisman

En fait, un accord a été établi avec les plateformes comme Uber, Bolt… Cet accord va prendre effet à partir du 1er février. Néanmoins, cette décision ne plait pas vraiment à tous les syndicats des taxis et des VTC. D’ailleurs, ils ont refusé de signer. D'après MCPF.pro, cette augmentation ne concerne que les plateformes telles qu'Uber, elle n'est donc pas forcément répercutée sur les VTC indépendants

Les signataires de l’accord sont :

En parallèle : Meilleure trottinette électrique avec siège : quel modèle vous convient le mieux ?

  • L’Association VTC de France (AVF) avec 42,8% des voix
  • La Fédération nationale des autoentrepreneurs et micro entrepreneurs (FNAE)
  • La CFTC et l'Unsa

À noter que cette augmentation est d’environ 27% comparée au tarif le plus bas en ce moment. 

Le désaccord concernant cette augmentation insuffisante

Un petit nombre de syndicats est en désaccord avec la validation de ce tarif minimum insuffisant. Il s’agit :

  • L’Union qui est affiliée à la CFDT
  • L'Association des chauffeurs indépendants lyonnais (Acil)
  • Le FO taxi

Ces trois syndicats ont juste 32,1% des voix. D’après eux, ce tarif minimum ne va pas impacter le quotidien des chauffeurs de taxis et de VTC. De plus, la majorité des VTC ne valident pas les petites courses ne pouvant pas compenser l’inflation au niveau du prix du carburant.

Pour la plateforme Uber, l’accord s’avère avantageux avec le prix minimum d’une course actuelle à 6€. En revanche, le syndicat Union demande une autre discussion pour l’établissement d'un tarif minimum horaire ou plutôt au kilomètre. Cela pourrait garantir la rentabilité des activités dans le secteur. Par ailleurs, les chauffeurs sur la plateforme d’Uber sont intéressés par cette discussion. 

Concernant les autres revendications des chauffeurs à aborder, l’établissement du tarif horaire minimum est à envisager. En fait, cela donne la possibilité aux chauffeurs d’être rémunérés à partir du temps d’approche. D’ailleurs, cette option s’avère un avantage clé à la rentabilité de l’activité d’un chauffeur de VTC. Des plateformes exigent que ce temps d’approche soit inclus dans le tarif de la course

En somme, l’augmentation du tarif minimum est inévitable. Cependant, elle reste encore insuffisante pour certains syndicats. Ces derniers souhaitent envisager l’augmentation du tarif horaire minimum incluant le temps d’approche.